fantasmes libertins

fantasmes libertins

eveil des sens

Suzie était assise dans le sofa. Les hauts parleurs diffusaient une  musique langoureuse qui donnait à la scène une atmosphère feutrée.

Je me reculais de quelques pas pour admirer ma belle. Je disposais le caméscope sur pied et la parcourait doucement, en plan serré.

Ses jambes  terminées par  des escarpins blancs et noirs aux fins  talons hauts se croisaient délicatement, laissant apparaitre la naissance de ses bas à la lisière de la jupe de son tailleur gris, légèrement fendue sur les deux cotés.  
L'objectif remonta sur sa veste croisée, l'encolure largement ouverte laissant entrevoir un charmants décolleté pigeonné par un soutien gorge rouge du plus bel effet. le zoom arrière me permit enfin de la dévoiler dans son ensemble.  Elle ne semblait pas le moins du monde gênée par le bandeau qui masquait son regard. Je quittais momentanément ma place de cameraman pour lui offrir une coupe de champagne que je glissais entre ses doigts. Elle porta délicatement à ses lèvres rouge écarlate le pétillant breuvage.  La sonnerie de l'entrée résonna soudain. Je glissais un regard par la fenêtre pour vérifier l'identité du sonneur.
Suzie frissonna légèrement et je sentais sa respiration se faire plus rapide. Je m'approchais d'elle et lui pris la main un instant pour lui confirmer ma présence.

Es Tu prête? lui demandais-je en lui donnant un rapide baiser
Elle me confirma d'un signe de la tête énergique.
Je posais sur ces oreilles des écouteurs sans fil reprenant la musique d'ambiance de la pièce, Je m'assurais  qu'elle ne pouvait  plus voir ni entendre le monde extérieur.

Je me dirigeais ensuite vers la porte d'entrée pour accueillir nos invités.
Pierre, et Bertrand m'attendaient avec une impatience non dissimulée .Suzie ignorait l'identité de nos invités, dans le but d'accroitre son émoi.

Tous nos regards étaient tournés vers ma belle, qui semblait sentir notre regard. Elle trempait délicatement ses lèvres dans sa coupe de champagne, tout en gonflant la poitrine, ce qui avait pour effet d'écarter les pans de sa veste pour mettre en valeur son joli décolleté.

Après que j'eu servi à nos hôtes une coupe du doux breuvage, les deux hommes déjà très émus se dirigèrent vers Suzie. Chacun déposa un doux baiser sur ses lèvres, qu'elle reçu avec un plaisir évident, avant de recevoir la coupe de Bertrand dont elle pris en bouche une grande lampée.
Elle attira alors à elle le visage de ses deux serviteurs, afin de leur offrir à tour de rôle un profond baiser pétillant qu'ils prenaient soin de réalimenter après chaque échange. Je ne perdais pas une image de la scène. Le liquide coulait dans sur sa gorge et les deux compères se relayaient pour recueillir chaque goutte dans son décolleté affolant. Ses petits seins étaient désormais totalement hors de leurs bonnets de dentelle et s'offraient à leurs bouches gourmandes. Elle maintenait leurs deux têtes dans ses bras comme pour les inviter à prolonger leurs douces dégustations.
Son visage rayonnant en disait long sur le plaisir qu'elle éprouvait à ce moment. Je fis un plan serré sur buste de ma belle pour immortaliser cette scène.  Le retour au plan large me fit découvrir que la main de pierre s'était aventurée entre les cuisses de Suzie, qui s'écartèrent vivement. La main remonta lentement jusqu'à rencontrer la dentelle humide de son tanga, frêle obstacle qui s'écarta sous la pression des doigts experts. le léger cri de plaisir de ma belle libertine me fit percevoir que la cible était atteinte, confirmé en cela par ses lentes ondulations du bassin. La main de Bertrand s'appliquait désormais sur son ventre, tendis qu'il dévorait sa bouche gourmande. Les mains de Suzie étaient parties à leur tour à la recherche des totems de plaisir de ses deux amants. Pierre se mit à genoux à ses cotés pour lui faciliter la tâche. Elle trouva rapidement le bouton qu'elle dégrafa avant de dégager un sexe tendu qu'elle malaxa tendrement dans sa main, avant de repartir à la recherche de son deuxième cadeau, qu'elle trouva rapidement. J'avais en plein écran la vision de ma jolie coquine, Les deux verges tendues dans chacune de ses mains, dont le va et vient  s'accentuait au fur et à mesure de la montée de son désir. Celles de ses amants couraient fébrilement sur son corps ondulant sous les stimuli. . J'avais de plus en plus de mal à contenir les pulsions qui me poussaient à les rejoindre, à ajouter un troisième membre dans la mêlée charnelle qu'ils formaient. Je me rappelais à ce moment la promesse que je lui avais fait de filmer ses ébats dans les moindres détails afin qu'elle puisse profiter à son tour de ce magnifique spectacle.
Je refoulais donc mes désirs pour un moment afin de saisir tous les moments intenses qu'elle vivait. Ils enfilèrent prestement leurs protections de latex obligatoires. Suzie tâtonna un instant à la recherche de ses deux promises.  Elle se jeta sur la queue de Pierre pour l'engloutir dans sa bouche gourmande avant de faire de même pour Bertrand. Les deux hommes s'était mis debout face à face, tandis qu'elle s'était accroupi sur le canapé pour mieux les absorber. Je fis un gros plan sur la scène. La gourmandise dont elle faisait preuve  reflétait l'état d'excitation  qui l'habitait à cet instant. Sa bouche glissait de l'un à l'autre, puis s'attarda plus longuement sur Bertrand, tandis qu'elle se positionnait entre ses deux amants, les jambes tendues sur ses hauts talons et sa croupe relevée comme une offrande à son second partenaire, qui s'empressa de relever sa jupe jusqu'à la taille et ôter son tanga avant de glisser son pieu de braise dans son délicieux nid humide, lui arrachant un cri de plaisir intense interrompant momentanément sa dégustation .

J'éprouvais une profonde excitation à voir ma belle se faire prendre et prendre du plaisir sous mes yeux, sans se soucier de la morale ou des bonnes mœurs. J'avais l'impression de lui apporter la plus belle preuve d'amour qu'on puisse faire à une femme en lui offrant la jouissance extrême qu'elle saisissait dans ces moments de purs délires sexuels.
La seule limite que nous nous étions fixé étant celle de nos envies réciproques en prenant soin de ne pas nous mettre dans des situations trop ambigües qui pourraient mettre en contradiction nos désirs respectifs. J'aimais la voir jouir et prendre des initiatives, elle aimait les surprises et elle savait désormais qu'elle pouvait se laisser submerger par le plaisir, qu'elle m'avouait être décuplé par le fait de me savoir comblé par ses ébats.  Certains diront que s'est une salope, d'autre que je suis un idiot. Je répondrais que je ne revendique aucune propriété sur ma femme et que notre passion respective nous permet de vivre ces instants de pur plaisir. Alors si être une salope s'est s'adonner au plaisir sexuel, libéré de ses tabous, et qui plus est en faisant plaisir à son mari, alors le terme sonne comme un compliment. Certains offrent des fleurs, moi j'aime à lui offrir ses plus beaux moments d'extase.    

Ses deux amants avaient inversé leur position, et Bertrand était resté debout  pour subir un délicieux pompage, alors que Suzie s'était assise sur Pierre, et s'agitait fiévreusement  sur sa monture, en poussant des râles de plaisirs à peine étouffés par l'imposant sexe de Bertrand. Je filmais de plus belle pour immortaliser ces moments que je me languissais de lui diffuser.  


Pierre fut le premier à atteindre l'extase, et dû freiner les ardeurs de Suzie qui continuait sans relâche à s'activer sur son membre. La bouche de ma belle abandonna alors son activité pour demander encore plus de plaisir à son dernier amant valide, tout en lui présentant sa croupe. Bertrand l'empala sans attendre, chacun de ses coups lui arrachant de nouveau cris de plaisirs intenses. J'adorais la voir se déchainer ainsi, sans aucune retenue. Elle si douce et discrète en temps normal se transformait dans ces moments intenses en une princesse démoniaque prête à toutes les perversions. Elles lachait sans aucune retenue les mots les plus crus refletant sont niveau d'excitation:

Vas-y!!! Défonce-moi, baise-moi à fond!!!!
J'espère que tu me regarde bien, mon gentil mari, et que ça t'excite beaucoup, car ta belle salope apprécie énormément les queues de tes amis!!! Et je me réjouis déjà de revoir ces scènes avec toi... ou d'autres!!!

LA raideur de mon membre devenait insoutenable. Je demandais à Pierre de s'occuper de la caméra, et m'approchais doucement de ma petite femme en chaleur. Je m'emparais de sa bouche dans un baiser fougueux, avant de lui oter ses écouteurs pour lui faire partager mes sensations fortes.

Puisque tu aimes tant les bites, ma belle cochonne, je vais t'offrir l'occasion de te régaler encore un peu plus. Je n'avais pas prévu d'intervenir, mais tu me fait tellement bander que je ne peux plus résister à l'envie de voir ta bouche goulue se délecter de ma grosse queue.

Malgré son bandeau, elle ne mit que quelques secondes à dégager mon sexe et l'engloutir dans sa bouche experte. Les coups de boutoir de Bertrand la rendait incontrôlable et elle  s'activait tant sur mon gland que je ne pu me retenir longtemps, répandant ma semence dans sa bouche et sur son visage en de grands jets bouillants. Sa langue inondée s'appliquait à récupérer quelques gouttes coulants sur ses lèvres et sur son menton. Pierre s'était approché avec la caméra pour immortaliser la scène. Les derniers assauts de Bertrand
lui arrachèrent un violent orgasme qui la fit hurler de plaisir. Ses mains m'agrippèrent, et parcoururent mon torse. Elle attrapa fermement mon sexe encore dur avant de l'engloutir de nouveau en malaxant mes testicules comme pour en faire sortir jusqu'à ma dernière goutte de sève. Elle continua sa dégustation effrénée en léchant frénétiquement mon ventre, puis mon torse, jusqu'à trouver ma bouche pour y introduire sa langue et m'offrir un baiser si intense que des frissons me parcoururent des pieds à la tête.
Elle approcha sa bouche de mon oreille: Est ce que tu as aimé, mon chéri?  Est ce que ta petite putain en chaleur a été à la hauteur de tes fantasmes?  Je me suis faite baiser comme une chienne devant toi sans aucun remord, et je crois que ne n'ai jamais éprouvé de sensations si fortes qu'aujourd'hui. J'ai eu l'impression de planer dans un monde irréel, comme droguée de plaisirs. Je t'aime très fort. et j'ai tellement apprécié que je vais avoir du mal à ne pas recommencer rapidement, tu vas peut être avoir des surprises...

je l'amenais à califourchon sur moi pour la serrer dans mes bras. Sa jupe relevée sur ses hanches, son sexe chaud se frottait au mien.je me mis à déguster ses seins délicatement, tendrement. je fermais les yeux et je revoyais les moments orgiaques que nous venions de vivre si intensément.  La réalité avait dépassé mes fantasmes les plus fous et j'étais de plus  en plus amoureux et fasciné par l'évolution sexuelle de ma petite femme.
Nos deux partenaires s'étaient éclipsés doucement, non sans avoir apposés simultanément un langoureux baiser dans le cou de Suzie, que je sentis frissonner d'etre aussi délicatement sollicitée. L'humidité de son sexe et l'ondulation de ses hanches m'indiquaient qu'elle n'était pas encore repue.

Elle rompit le silence:
Je crois que nous avons un film à regarder maintenant, dit elle en ôtant le masque qui obturait sa vue.
   
Je me levais donc pour connecter le camescope . Suzie en profita pour prendre une douche et se refaire une beauté. Elle revint vêtue comme pour reprendre l'histoire à son début. Je m'empressais de l'imiter et revint quelques minutes plus tard frais et dispo.
Elle avait préparé deux nouvelles coupes de champagne et nous trinquâmes une nouvelle fois, alors que je lançais la video.

Elle suivait avec attention le déroulement du film, et Ses yeux pétillants comme le contenu de son verre me donnaient un avant gout de nos activités à venir.   

 



10/01/2008
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres